PhagoBurn : première étude clinique multicentrique au monde pour l’évaluation de la phagothérapie chez les grands brûlés

PhagoBurn, étude clinique Pherecydes PharmaLancé en juin 2013, le projet collaboratif européen PhagoBurn (www.phagoburn.eu) vise à évaluer la tolérance et l’efficacité des bactériophages pour le traitement des infections cutanées causées par des bactéries sensibles ou résistantes aux antibiotiques chez les grands brûlés. En effet, les infections représentent la première cause de mortalité chez les patients brûlés, en particulier du fait des hauts niveaux de résistances bactériennes aux antibiotiques. Ce phénomène de plus en plus fréquent peut conduire à l’impasse thérapeutique et au décès du patient.

L’essai PhagoBurn a démarré en juillet 2015 dans 11 centres de grands brûlés situés en France, en Belgique et en Suisse. Dans cette phase I/II randomisée et contrôlée en simple aveugle, deux cocktails de bactériophages étaient évalués contre deux bactéries présentes dans les infections sur brûlures : Pseudomonas aeruginosa et Escherichia coli. Néanmoins, le faible nombre de patients infectés par E. coli et qui pouvaient entrer dans l'essai clinique a conduit les partenaires à se concentrer uniquement sur le traitement avec les phages anti-P. aeruginosa, en juin 2016. Initialement dimensionnée avec une centaine de patients par traitement, le faible niveau d'inclusion a aussi transformé l'étude en une preuve de concept.

Les résultats définitifs de l’étude sont attendus pour fin mars ou début avril 2017.

Au niveau mondial, PhagoBurn est la première étude clinique sur la phagothérapie menée dans le respect des standards d’évaluation clinique internationaux. Coordonné par le Service de Santé des Armées français (Ministère de la Défense) via l’hôpital d’instruction des armées Percy, l’essai a reçu avant son lancement l’ensemble des autorisations cliniques et éthiques nécessaires dans les trois pays où il est conduit.

Outre l’hôpital Percy, l’étude PhagoBurn inclut deux autres hôpitaux militaires (Reine Astrid, Bruxelles, et l’hôpital d’instruction des armées Sainte-Anne, Toulon) et huit hôpitaux civils : le CHU de Liège et le Grand-Hôpital de Charleroi-Loverval (Belgique), le CHU vaudois (Suisse), le centre hospitalier Saint Joseph Saint Luc de Lyon, les CHU de Nantes et Bordeaux, le CHR de Metz-Thionville et l’hôpital de la Conception de Marseille (France).

Au-delà de Pherecydes Pharma, la PME Clean Cells (France) participe également au projet PhagoBurn. Clean Cells a effectué la bioproduction des cocktails de bactériophages dans le respect des normes pharmaceutiques actuelles.

PhagoBurn est financée par le 7e Programme Cadre de Recherche et Développement (7e PCRD) de la Commission européenne.